Transition écologique et énergétique

Comment diviser progressivement par 4 nos rejets de gaz à effet de serre ?

Suite à la conférence de Doha, et en attendant la prochaine conférence sur le climat à Paris, il est temps pour chacun de nous de passer à l’action concrête pour faire chuter nos rejets de gaz à effet de serre.
Diviser par 4 nos rejets de gaz à effet de serre, c’est bien une décroissance drastique de cesvrejets qui s’impose. Au plus nous irons vite, au plus on contribuera à sauver notre avenir à tous.

Alimentation, logement, déplacement, il s’agit de faire progressivement des changements qui seront bénéfiques à la fois pour notre santé, nos finances, la planète et le climat ! Il s’agit donc tout simplement de satisfaire nos besoins vitaux sans compromettre les besoins vitaux des générations futures.
Chaque citoyen peut examiner sa façon de vivre et de consommer (empreinte écologique et bilan carbone) sur ses 3 besoins vitaux essentiels incontournables : son alimentation, son logement et ses déplacements.
Pas besoin de calculette compliquée. Les solutions sont en fait simplissime, il suffit comme vous le savez autant que possible de :

1) Manger bio local et de saison.
2) Isoler son logement et utiliser les énergies renouvelables.
3) Utiliser les déplacements doux (marche et vélo) et les transports en commun (bus, tram, train).

La satisfaction absolument nécessaire par tous de ces 3 besoins vitaux essentiels entrainent près de 75% de l’énergie dépensée et de nos rejets de gaz à effet de serre (environ 25% pour chacun). Les autres rejets (25% restants) correspondent aux services tel que l’école, l’université, les collectivités…
Nos besoins essentiels (alimentation, logement, déplacements) doivent donc être l’objet principal et essentiel des Agenda 21, des plans climat. Il faut se concentrer essentiellement sur ces 3 besoins dans nos propositions de transition énergétique et écologique.
Tout gouvernement responsable doit lever les obstacles et favoriser progressivement par tous les moyens éducatifs, juridiques, financiers et sociaux cette écologie concrète à la base.
C’est donc vraiment très simple et à notre portée sur le plan individuel et collectif On ne passera pas de la situation actuelle à une société écologique d’un coup de baguette magique, nous devons encourager et aider individuellement et collectivement cette écologie concrête à se généraliser…

Les conférences internationales des Nations Unies et nos représentants élus à tous les niveaux doivent enfin reconnaitre, planifier et favoriser très rapidement ces solutions écologiques concrêtes.
Les pionniers qui s’engagent concrêtement dans les processus des villes en transition doivent donc être pris en exemple, c’est donc simplissime, cela entraine effectivement des changements dans tous nos modes de productions et de consommations.

Si les solutions sont vraiment simples, alors “normalement” c’est possible de les mettre en oeuvre ! Certains obstacles sont évidemment possibles et c’est à chacun de les identifier et de les
surmonter. Dans un monde de liberté, de marché à réguler, la demande des citoyens est un élément majeur de l’équation de la modification de nos modes de production et de consommation.
Les écologistes ont commencé à agir, mais ils sont minoritaires, ils doivent devenir majoritaires.
Si les citoyens deviennent plus conscients et acteurs responsables, alors on accélérera le processus de changement.

Nous devons nous organiser à la base et au niveau collectif pour progresser rapidement dans cette direction évidente.
L’écologie politique humaniste inspirée de la déclaration universelle des Droits de l’Homme doit être là pour lever les obstacles, les résistances qui nous empêchent encore collectivement d’appliquer
ces solutions pour “notre avenir à tous”.

La direction à prendre est maintenant évidente. Une minorité progressive de pionniers pratiquent déjà cette écologie concrète responsable, il s’agit de la généraliser.
La loi, le système fiscal, les taxes et les subventions sont des outils pour nos représentants politiques pour réussir cette transition écologique et énergétique indispensable.
Voici pour être concret la formulation de ces enjeux sur le site de l’ADEME.

Le rôle des consommateurs

À nous aussi de modifier nos modes de consommation :

- Préférer des produits de saison pour éviter la production de fruits et légumes sous serres chauffées ;

- Privilégier les produits locaux pour limiter le transport des denrées alimentaires par camion, par bateau ou par avion ;

- Veiller à avoir un régime alimentaire équilibré, notamment entre produits végétaux et produits issus de l’élevage dont la production est plus émettrice de GES (viande, laitages).

Le site de l’ADEME donne donc de nombreux conseils pour maîtriser les émissions de GES :
www.ademe.fr/changement-climatique

Le site du GIEC met en ligne tous les rapports de l’organisation dans plusieurs langues, dont le français. De nombreux documents et graphiques sont aussi téléchargeables gratuitement :
www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml

Météo France met en ligne un site totalement dédié à l’évolution du climat en France :
climat.meteofrance.com

L’ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique) a pour mission de collecter et de diffuser les informations, études et recherches sur les risques liés au réchauffement planétaire et aux événements climatiques extrêmes.
onerc.org

Le CITEPA (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique) constitue un réseau interprofessionnel qui joue un rôle d’information et de conseil dans le domaine de la pollution atmosphérique (évolutions réglementaires et technologiques).

Il réalise également des études :
inventaires des émissions dans l’air, stratégies de réduction d’émissions...
www.citepa.org

Une sélection d’outils pédagogiques à découvrir sur www.mtaterre.fr

- L’exposition en 5 panneaux « Changement climatique : comprendre et réagir ».

- Le dossier « Comprendre le changement climatique ».

- Le guide « Petites réponses à de grandes questions sur la planète ». Commander les documents de l’ADEME.

Pour cela, il vous suffit de nous envoyer un message en passant par notre site : www.ademe.fr, « Nous écrire ».
L’ADEME et la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme mettent à votre disposition le Coach Carbone. Cette application gratuite disponible sur coachcarbone.org vous aide à diminuer vos émissions de gaz à effet de serre en calculant votre bilan carbone.

Les guides de l’ADEME

• La voiture
• Se déplacer malin
• L’isolation thermique
• Le chauffage, la régulation, l’eau chaude
• L’entretien des chaudières
• Confort d’été
• Le chauffe-eau solaire individuel
• Le chauffage et l’eau chaude solaires
• Le chauffage au bois
• Les pompes à chaleur
• Gérer ses équipements électriques
• Bien choisir son éclairage
• Construire autrement

Etablissant pour vous un diagnostic personnalisé et en vous proposant des plans d’action et des indicateurs chiffrés pour vous guider.

L’objectif ?

Vous aider à atteindre le facteur 4, c’est à dire à diviser par 4 vos émissions de GES.

• Réussir une rénovation performante
• Rénovation : la réglementation thermique
• Rénover en copropriété
• Produire de l’électricité grâce à l’énergie solaire
• L’énergie éolienne
• L’énergie en France
• Consommer mieux
• La nouvelle étiquette énergie
• Réduire et bien jeter ses déchets
• Faire son compost
• Être écocitoyen au bureau
• Internet, courriel : réduire les impacts

Une sélection de sites pour approfondir votre connaissance du changement climatique :
Le site du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie comporte une partie entièrement dédiée à l’énergie et au climat. On y trouve des grands dossiers, des publications de référence et de l’actualité.
www.developpement-durable.gouv.fr/-Energies-et-Climat
création de site internet avec : www.quomodo.com